AC80100
LeMot

En 2007, on répertoriait 78 langues régionales comprenant les départements d'outre mer.

Dans le rang germanique, l'alsacien était pratiquait par 500000 personnes en 1999, soit plus de 30% de la population adulte.

Par ailleurs, le breton répertoriait 250000 locuteurs, le chti et le picard font partie des langues néo latine, puis on des langues occitano catalone et basques au sud.

Depuis la ratification de la charte des langues régionales en 2014, cette généralisation notamment dans les établissements scolaires et associations intégrent le rapprochement du lien social au coeur des générations.

Leur objectif : Préserver l'histoire de France.

- Le picard : une langue, des voix, un trésor !

Mardi 28 janvier 2014, l’Assemblée Nationale a adopté la proposition de loi constitutionnelle visant à ratifier la Charte européenne des langues régionales ou minoritaires. 361 députés ont voté pour, 149 ont voté contre et 19 se sont abstenus.

- Pourquoi une Charte ?

La France a signé la Charte européenne qui reconnaît les langues régionales. La Charte prévoit une réhabilitation des langues régionales qui laisse présager d'une promotion du picard.

« J’én’ grandichouos pus…à trènte ans. Pis portant, comm’ dins min jonn’ temps, a m’disouot tojours, ém’grand-mère : -j’ai idèe, piot, qu’tu grandis coére… »

Tour à tour, les élèves d’Edwige Fontaine prennent la parole, lisent avec application le texte qu’elle leur propose. Elle rassemble autour d’elle une quinzaine de locuteurs, le jeudi tous les quinze jours, dans une salle de classe du lycée de Friville-Escarbotin. Ils ont avalé leur repas plus vite qu’à l’accoutumée, pour une heure passée ensemble à parler picard.

Les uns sont lycéens, les autres professeurs d’histoire-géo ou de latin. Certains ont des racines ici, d’autres viennent de toutes régions de France. Tous ont en commun l’envie de découvrir la langue qui a longtemps fait vivre cette terre du Vimeu.

« Extrait "J'sus natif" Je suis né, Ecrit par Armel DEPOILLY Texte tiré du recueil Canchons d’no poéyis 1970 (épuisé) - ©1970 et publié dans Ch’Lanchron nº19 (1985)

J’sus natif d’un poéyi doù qu’o foait des monts d’cleus.

Étant piot, j’ai trinè min tchu din chés limures,

Bérzillè des cailleneus, déhansè des serrures,

Pi tous mes camarades, ch’est des piots d’ouvrieus,

Mourleus et pi fondeus qu’i s’in vont rocholeu

À ch’fu d’un tchubilot, au fond d’eune vieille fabrique.

Min téon i forgeouot des cleus din s’pieute boutique.

Tous mes amis, à mi, ch’est des fius d’serrurieus.